Le Rickshaw de Lyakam

“Et si on allait faire un tour en RICKSHAW ?”

Le Rickshaw de Lyakam
incarne un fragment de poésie
où chaque enfant peut goûter
à un ailleurs dans son
environnement quotidien

Un voyage dans un voyage

Le projet Le Rickshaw de Lyakam est mené par l’association Natya (compagnie Lyakam), sous la direction de Jessie Veeratherapillay. Il rassemble :

• Dans le cadre de la politique de la ville
– des ateliers autour du Théâtre Total Indien avec les enfants des centres sociaux d’ Air Bel et Les Escourtines de Marseille,
– un spectacle sur la Scène de Musiques Actuelles l’Affranchi de Marseille.
• Grâce au dispositif Identités, Parcours & Mémoire
– un tour en rickshaw dans les cités Air Bel et Les Escourtines en lien avec les habitants,
– une partie numérique avec un site internet, des short films, une chaîne youTube, un teaser du spectacle et sa diffusion à un large public,
– Sans oublier une photo Polaroïd pour chaque enfant, comme une empreinte.

La compagnie Lyakam a pour vocation de diffuser ses spectacles et de sensibiliser les enfants à la découverte d’un nouveau langage artistique autour du Théâtre Total de l’Inde.

Les short films

Voir la chaîne dédiée au Rickshaw de Lyakam

“ On y va ?
C’est une blague ! ”

Rosalie, 9 ans

Comment se sont réalisés ces Short films ?

Par la surprise !
Lors de 2 après-midi de novembre, un tour en rickshaw « en vrai », sans portes et sans fenêtres, décoré de sarees, au son de la musique Bollywood. Une expérience filmée, matière à réaliser ces Short Films.

Ce tour que tu viens de vivre qu’est-ce que ça te rappelle ? Un moment en famille, une photographie, un souvenir…

Après ce tour en rickshaw, leur témoignage est recueilli et enregistré dans une salle des centres sociaux.
Lors du montage, leur parole est intégrée sur les images prises pendant leur tour. Cette voix off, sorte de collage surréaliste, nous embarque dans cette idée du « voyage dans un voyage ».

Avec les enfants de la Cité Air Bel, Jeyna, Hadim, Nafisatu, Taillis, Sherine, Enfamadi, Ismaël, Sana, Mansour, Maleika, Kylian,

et les enfants de la Cité des Escourtines, Aby, Antonio, Maëlie, Tony, Aurore, Michel, Camélia, Flavio, Rosalie , Liliane, Mathis, Lou, Soukeyna, Gabriel, Bachra, Loane, Ugo, Serena, Julie, Noé.

Théâtre Total de l’Inde

Le Théâtre Total Indien – connu sous l’appellation de danse indienne – est en réalité un art ancestral aux formes artistiques plurielles.
Il englobe la musique avec sa frappe affirmée et ses onomatopées rythmiques, la danse et ses mouvements de nuque que l’on ne présente plus, et la narration.

Ce que l’on entend par narration dans le Théâtre Total de l’Inde est la faculté d’exprimer une émotion ou de raconter une histoire, non pas avec des mots, mais par une gestuelle codifiée des mains.

Le spectacle

En partant de l’histoire, du parcours et de l’imaginaire de chacun est née la trame d’un spectacle. Les enfants des deux centres sociaux Les Escourtines et Air Bel se sont produits le 6 décembre 2017 sur la Scène de Musiques Actuelles L’Affranchi. Faire monter les enfants sur scène a contribué au développement de la confiance et de l’estime de soi, et à la venue des familles ainsi que bon nombre de nos partenaires.

La participation culinaire des adolescents des centres sociaux a donné lieu à un moment de partage avec l’ensemble des spectateurs autour d’un thé et de mets indiens apportés par la compagnie Lyakam.

Ateliers

Nos ateliers se sont déroulés sur le territoire du Grand Sud Huveaune et plus précisément dans les centres sociaux Air Bel et Les Escourtines tout au long de l’année 2017. Ces actions permettent de sensibiliser les enfants à la découverte d’un nouveau langage artistique, celui du Théâtre Total de l’Inde.

Rickshaw, c’est aussi l’acquisition de méthodes de concentration, une vision collective par le travail en groupe, et la mise en place de techniques favorisant l’écoute de l’autre, de ses histoires, de son parcours. Autant de compétences qui peuvent être réutilisées dans des sphères sociales et éducatives.

Entre féérie
d’un manège indien
et expérience
d’un monde imaginaire
dans la cité

Pourquoi un Rickshaw ?

Jessie Veeratherapillay fait référence aux auto-rickshaw, dits aussi « tuk tuk » (son du klaxon). Véritable symbole de l’Inde moderne, le Rickshaw représente son agitation, l’idée d’avancer, d’aller de l’avant mais aussi lidée du déplacement comme pour déplacer les codes.

Être issu d’une culture lointaine est une véritable richesse et la création peut se nourrir de différentes origines.

Si les plus grands voyageurs parlent
de l’Inde comme un pays à part,
c’est peut-être parce qu’à l’image du théâtre total,
il englobe une immensité d’influences

S’il faut parfois aller chercher très loin pour comprendre d’où l’on vient, l’Inde est en réalité un pays qui résonne en chacun de nous.

Sa langue indo-européenne, son industrie cinématographique Bollywood (longtemps unique vecteur filmographique diffusé dans les pays du Magreb), sa forte communauté dans l’archipel des Comores, en Guadeloupe, à l’Île Maurice ou ailleurs encore, sont autant de références pour nous rappeler un fragment de notre identité.

C’est une véritable incarnation d’un phénomène de diaspora dont l’empreinte est palpable dans les tissus, le culinaire, la morphologie ou les traits du visage. Entre l’Inde et la France, hormis le terreau commun de la langue indo-européenne, les similitudes entre les sarees et les tissus provençaux sont manifestes.

Mémoires d’un tour en Rickshaw

Clic !

En fin de journée, clic !, un polaroïd saisit l’instant pour « un souvenir de souvenirs » reparti voyager… dans la poche de chacun.

page 1 of 4

Souvenirs d’ateliers et du spectacle

photo-affiche-rickshaw

Un projet ©Natya | Lyakam – Réalisation MAORIgraphe 2017
Photos © O. Lubeck – M. Milliard

MENTIONS LÉGALES

Nous contacter

Bonjour, laissez-nous un petit mot ici, nous vous répondrons rapidement !